Créée en 2013 et basée sur la Technopole Montesquieu à Martillac (33), la jeune entreprise innovante Interdrones Services est spécialisée dans la conception, le développement et l’exploitation de systèmes drones Air, Terre et Mer. L’entreprise dispose en outre d’une gamme de machines adaptées à effectuer des opérations de 150 m jusqu’à 150 m, qui permet à cette jeune pousse d’être présente sur différents champs d’activité : prise de photos, vidéos et prélèvement de données précises dans les milieux aquatique, terrestre et aérien.

Interdrones Service's

L’expérience d’Interdrones Services en matière de financements européens a débuté en 2017 avec le projet AQUA sélectionné dans le cadre du projet NEPTUNE, dont Aerospace Valley et ADI Nouvelle-Aquitaine étaient membres. AQUA est un système hybride basé sur la coopération entre un sous-marin télécommandé et un vecteur de surface automatisé pour des interventions dans le domaine des énergies marines renouvelables. À la suite de ces acquis, l’entreprise a déposé en 2021 une proposition au projet GALATEA qui a été retenue pour un chèque-innovation. Ce projet SafeSea360 consiste en une plateforme collaborative de surveillance et de gestion de crise. Elle permet à différents acteurs d’avoir une connaissance situationnelle en temps réel de diverses situations d’urgence, de recherche et de sauvetage en s’appuyant sur une flotte de drones de première intervention.

Johann MANSON, Dirigeant Interdrones Services, témoigne de ces expériences.

Aujourd’hui, vous avez participé à plusieurs financements européens en cascade. Quels avantages comportent ces projets pour une structure, telle que la vôtre ?

Il est difficile pour une structure de petite taille de capter les subventions pour financer la recherche et le développement. De surcroît, les organismes bancaires sont très réticents vis-à-vis d’opérations dans le domaine des drones. Les financements en cascade s’avèrent donc très intéressants pour nous, car il s’agit en grande majorité de chèques-innovation. Ces derniers consistent en des subventions forfaitaires distribuées par des consortia à travers des appels à projets, sans condition de fonds propres ni d’avances de trésorerie. L’obtention d’un tel chèque permet de mettre le focus pendant une année sur le développement d’un produit particulier avec une prise en charge des coûts. Souvent ces projets impliquent une collaboration avec un autre partenaire à l’international, ce qui est un vrai avantage.

Est-ce qu’il est possible de considérer Neptune comme piste de lancement dans les projets européens ? Quels bénéfices concrets a tiré Interdrones Services de cette participation ?

Oui, il est tout à fait envisageable de considérer le projet AQUA, financé dans le cadre de NEPTUNE, comme piste de lancement. Malgré quelques difficultés avec le partenaire de projet, AQUA constitue l’étape de démarrage qui nous a permis de mettre en œuvre un prototype. Ce dernier nous a conféré de la crédibilité au sein de notre secteur. Il est regrettable que les essais ne soient pas faits. Maintenant, nous candidatons à des financements permettant de poursuivre ce programme en lui donnant de nouvelles capacités. En outre, AQUA a créé des liens avec des structures très intéressantes, telles que Naval Group via sa filiale SIREHNA. Ces contacts sont toujours d’actualité et renforcement notre visibilité.

Par quels moyens trouvez-vous vos partenaires pour ces projets qui néanmoins restent collaboratifs ?

Pour le projet SeaSafe360, nous avons été détectés en tant que partenaire par l’entreprise espagnole Nuuk directement via la plateforme de mise en relation du projet GALATEA. A part cela, il y a les conventions d’affaires dédiées, des salons spécifiques (UAV Show, etc.) et les interlocuteurs régionaux (clusters, etc.). Pour ce qui concerne des partenaires au niveau régional, nous connaissons très bien l’écosystème néo-aquitain, ce qui nous permet d’identifier et surtout d’être identifiés pour la participation à des projets.

Quelle veille mettez-vous en place pour détecter ces opportunités aux délais de réponse relativement courts ?

Par principe, nous sommes ouverts à tout type de collaboration européenne. Nos contraintes se situent plus au niveau du temps disponible pour monter ces projets. La veille, ainsi que la construction de la réponse à l’appel à projets, prennent beaucoup de temps. Généralement, il est nécessaire de déposer dix propositions à projets pour en avoir une financée. Pour être au courant des opportunités ouvertes et à venir, nous sommes abonnés à diverses revues, des plateformes, etc. Actuellement, nous penchons sur le fonds européen de la défense. A travers l’association EUREKA Dream, fédérant plusieurs entreprises à la Technopole de la Communauté de Communes de Montesquieu, nous réfléchissons à recruter un/e chargé/e de mission mutualisé/e pour faire une veille précise et contribuer au montage des projets.

 Pour en savoir plus : https://www.interdrones-services.com/

Vous souhaitez en savoir plus sur l’Europe et les projets collaboratifs ?

Consultez notre page « Innovation européenne »