Chefs d’entreprises et artistes avaient rendez-vous le 17 septembre pour la 1re « Nuit de l’Innovation », dans les locaux de l’entreprise CDA Développement. Les espaces de travail composés de machines, de racks, de palettes se sont transformés en salle de conférence, ateliers d’artistes, lieux d’exposition, studio d’enregistrement…

L’ensemble de l’entreprise s’est métamorphosée le temps d’une soirée en gigantesque atelier/musée !

Dans ce coin de l’usine, le sol a été recouvert d’un tissu blanc et les participants ont revêtu une combinaison blanche. Cette troupe armée de pinceaux, de tubes de peinture a réveillé sa créativité pour habiller les toiles immaculées. Les consignes d’Isaure Bertholet ont lancé le dialogue et la réflexion pour transformer les surfaces blanches.

Au détour d’une palette de cartons, entre deux machines, un halo de lumière : des projecteurs, un siège, une caméra et des interviews.

Un peu plus loin, un câble a été accroché entre deux racks : des ensembles aux formes étranges sont suspendus. On s’affaire à combiner des déchets plastiques, à associer matériaux, formes et couleurs pour réaliser ces mobiles, orchestrés par Sophie Lamm.

Des sons étranges parviennent aux oreilles ; ils sortent de drôles de boitiers. Au milieu des tables de mixage, Patrick Treguer raconte la bande sonore créée au sein de CDA Développement, des bruits quotidiens produits par les hommes et les machines.

Un peu plus loin, des toiles telles des écrans numériques, au fond noir et aux lignes monochromes, interpellent : Ghislain Moret de Rocheprise raconte comment il utilise les outils scientifiques pour faire de l’art.

A l’étage, Mauju a reconstitué une scène, avec ses magnifiques photos et les restes d’une production de CDA Développement. Séverine raconte avec enthousiasme d’où proviennent ces galets blancs et morceaux de plastiques noirs. Fière d’expliquer, de raconter son travail.

Pascal et ses collègues, salariés de CDA Développement, ont quant à eux présenté le projet Plas’tile. Ils ont mis en route les machines et les tapis roulants d’où sont sorties les petites boites colorées. Jean-Marc Neveu a mis au point un procédé qui permet de recycler le textile, de l’intégrer dans une matière première pour la réalisation de produits plastiques.

Tous ont parlé de rencontres, d’aventures humaines, de sources d’inspiration, de valorisation, d’émotion, d’innovation…

       

« L’INNOVATION DOIT ÊTRE AU SERVICE DES HOMMES ; L’ENJEU EST QUE CETTE INNOVATION PROFITE A TOUS. C’EST LE SENS DES VALEURS DE LA COMMUNAUTÉ DES AMBASSADEURS »

Anne-Laure Bedu, Coprésidente du Réseau, Conseillère régionale déléguée à l’Innovation, à l’Accélération et au Transfert de technologies et initiatrice de cette 1re Nuit de l’Innovation, a souhaité que cette rencontre entre l’art et l’industrie puisse se perpétuer au sein de la communauté des ambassadeurs. Jean-Marc Neveu a vivement remercié Grand Châtellerault qui s’est associé à cet évènement, il a rappelé que « l’art est une aventure humaine » et que l’expérience menée avec Julien Michaud avait contribué à la valorisation du travail industriel : « être fier de son travail » et le communiquer.

   

PAROLES D’ARTISTES :

Mauju, alias Julien Michaud : Je veux « restituer le quotidien ». Il aime l’aspect documentaire de la photo, il travaille principalement le paysage et le portrait pour une « qualité de Vue au travail ».

Sophie Laam, artiste en résidence chez CDA Développement : « L’artiste est un passeur… l’œuvre est un support de la vie ».

Catherine Cecchini présidente d’Usinaire, valorise le capital humain à travers la formation… « Il faut qu’une industrie devienne un centre culturel ».

Ghislain Moret de Rocheprise. « Quand je fais de l’art, je cherche à être productif ; il y a plein de façons de faire de l’art avec des outils industriels ».

Isaure Bertholet artiste peintre : « L’art rapproche les hommes, les équipes… » ; « l’art interroge, c’est beau et quelquefois ce n’est pas beau » ; « s’interroger cela amène à l’innovation, quand je crée, je vais rater, réessayer, réussir… » ; « l’art est source d’inspiration pour l’industrie. C’est une émotion… » ; « l’homme, ce qui le fait vibrer, ce sont les émotions » ; « placez l’homme au centre de vos productions ».

Jean-François Alcoléa, pianiste compositeur et scénographe : « ce qui m’anime c’est raconter les lieux, les hommes et leurs histoires. » « Outre atlantique, l’art est considéré comme une industrie, avec une dimension entrepreneuriale ».

Patrick Treguer, responsable du lieu multiple à l’Espace Mendes France : « L’esprit humain va être important, il est nécessaire de penser autrement face aux enjeux climatiques ». L’atelier Sonduzine utilise les sons d’usine pour en faire une matière, un jeu, pour procurer du plaisir.

Yves Trousselle, consultant innovation RSE, ex-directeur de la responsabilité sociétale chez Aigle
« Je ne suis pas artiste, je ne suis plus un industriel ». « A titre d’exemple, le CHSCT de l’entreprise a utilisé le théâtre pour comprendre l’état émotionnel que peut générer un mauvais climat social dans un entreprise ».

PAROLES D’AMBASSADEURS :

   

PAROLES D’UN PARTICIPANT :