Dans une interview accordée à L’Europe de la R&D, Arnaud de La Fouchardière, directeur général de Vitirover et expert-évaluateur à la Commission européenne pour le domaine robotique, explique l’intérêt de participer aux projets européens, notamment à l’aune du projet agROBOfood. Vitirover, au même titre qu’un certain nombre d’autres sociétés en sont les lauréates depuis une date récente en 2019.

AgROBOfood est un projet européen visant à construire un écosystème européen dédié à l’adoption effective des technologies robotiques dans le secteur agroalimentaire. Ce dernier deviendra donc à son tour plus efficace et compétitif. Le cœur du projet est constitué par les expériences d’innovation, organisées et suivies par les « Digital Innovation Hubs » (pôles d’innovation numérique).

Est-ce qu’agROBOfood est votre première expérience de projet européen ? Comment avez-vous pu rejoindre le consortium ?

Déjà, en tant que jeune entreprise innovante, Vitirover était impliquée dans un projet européen, dont elle était de surcroît coordinatrice. Cela avait été difficile d’assumer le pilotage du projet FP7 « VVINNER » d’un montant total de près de 2 millions d’euros avec une part de subvention de 50%, alors que l’entreprise n’avait qu’un an d’ancienneté. Néanmoins, c’était un défi très important pour Vitirover, parce que cette participation a permis de se structurer, de rencontrer de précieux partenaires, de connaître l’état de l’art et d’être à la pointe en matière de développement technologique et d’affaires. Grâce à L’Europe, Vitirover a pu rencontrer EURECAT, un cluster technologique catalan. Ensemble, nous avons aussi été retenus dans le cadre d’un projet ECHORD++ ou les lauréats représentaient réellement « le gratin » de la robotique européenne et c’est aussi à travers EURECAT que Vitirover a intégré en 2018 le consortium du projet agROBOfood. Ce dernier a été financé en 2019 par la Commission européenne dans le cadre du programme Horizon 2020.

Logo Vitirover

Dans un temps où les critiques sur l’utilisation du glyphosate et du labour dans l’agriculture ne cessent de croître, dans un temps où la réduction de l’empreinte carbone des entreprises agricoles et industrielles est un énorme enjeu, des alternatives innovantes doivent émerger. C’est donc une aubaine pour l’entreprise girondine Vitirover qui, depuis sa création, a développé un service complet (Vitirover as a Service) avec une logique très ambitieuse d’écoconception. La solution proposée par cette PME de Saint-Emilion (33) est hautement technologique et consiste à déployer des troupeaux de robots parfaitement autonomes, ultralégers (20 kg), alimentés par des cellules photovoltaïques et dont le travail est supervisé à distance par des « bergers » de l’équipe Vitirover. Ces robots-tondeurs industriels permettent de maintenir la végétation à une hauteur décidée, sans porter atteinte aux sols et vignes, en recréant des prairies, véritable zone de fixation du CO², dans ces espaces ‘’abimés’’ pendant de longues années par le Glyphosate ou le labour.

Le dispositif Vitirover est une solution clef-en-main dont le viticulteur peut se doter à travers un contrat de prestation avec la PME girondine. Vitirover ne vend pas de robots, mais des hectares entretenus. Vitirover prend un engagement de résultat, le tarif est calculé par hectare et par an et la loi fiscale française considère son utilisation comme une charge et non comme un investissement, ce qui est avantageux.

AgROBOfood est un projet d’envergure. Est-ce que quarante partenaires et 16 millions d’euros de financements européens ne vous ont pas fait peur ?

Non, au contraire, cela a été, par exemple, une opportunité unique d’entrer en partenariat avec le cluster viticole espagnol INNOVI, basé en Catalogne. INNOVI, partenaire du cluster néo Aquitain Innovin, nous donne accès à ses adhérents qui représentent un bassin de nombreux potentiels utilisateurs finaux de notre solution innovante et on peut dire qu’au-delà des aspects de financement de l’innovation, l’envergure du projet fait d’agROBOfood un outil de prospection commerciale en Espagne très précieux pour Vitirover… Certes, Vitirover est un « petit partenaire » dans cet énorme projet collaboratif, puisque le montant de notre budget n’est que de 120 k€, toutefois un taux de financement de 70% et donc presque 80 k€ euros de subvention sont importants pour une petite entreprise.

Parmi les nombreux partenaires d’agROBOfood il y a une PME rémoise également active dans la robotique agricole. Ceci pose-t-il un problème de concurrence au sein du projet ?

Non, vous devez parler de VITIBOT qui travaille certes dans le domaine de la robotique agricole, mais avec une solution très différente de celle proposée par Vitirover. La PME rémoise met au point des gros robots-tracteurs avec une autre approche que la nôtre, nous sommes complémentaires plutôt que concurrents. Au sein d’agROBOfood nos relations sont donc tout à fait cordiales et nous pouvons réciproquement observer nos avancées grâce au projet, ce qui est vraiment enrichissant.

Pour en savoir plus : https://www.vitirover.fr/ – https://agrobofood.eu/project/

Vous souhaitez en savoir plus sur l’Europe et les projets collaboratifs ?

Consultez notre page « Innovation européenne »